Actualités

Atelier CITY-NKOR

Journée(s) d'étude - Jeudi 10 décembre 2020 - 10:00Le 10 décembre, de 10h à 13h, un atelier consacré au projet CITY-NKOR aura lieu dans le cadre du séminaire en ligne « Villes et urbanisation en Asie orientale et septentrionale » animé par Valérie Gelézeau (CCJ-CRC) et Françoise Ged (Cité de l’architecture et du patrimoine).Programme10h-10h20 : Introduction générale et présentation du projet CITY-NKOR (par Valérie Gelézeau et Elisabeth Chabanol)10h20-11h : Gestion des données de la recherche et cas particulier de la Corée du Nord (par Théo Clément)11h-11h25 : Discussion11h25-11-35 : Pause café virtuelle11h35-12h15 : Présentation de l’ouvrage à paraître Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales (Atelier des cahiers, 2021) (par V. Gelézeau et B. Joinau)12h15-12h45 : Discussion12h45-13h : Conclusion généraleLes personnes qui ne sont pas inscrites au séminaire et souhaitent participer, peuvent adresser un mail à: gelezeau[at]ehess.fr.

Lire la suite

Une épopée anthropocentrique nationale

Conférence - Vendredi 4 décembre 2020 - 10:00Dans le cadre du séminaire CCJ-CRC : Intelligences de la Corée (I. Sancho, A. Delissen et V. Gelézeau)Benjamin JOINAU professeur de Hong-ik University (Séoul), invité de l’EHESSdonne une conférence intitulée« Une épopée anthropocentrique nationale : Représentation de la nature et de la science dans les films nord-coréens »le 4 décembre 2020 de 10h à 12hEn ligne sur BBB : https://webinaire.ehess.fr/b/san-hyq-tumLe mythe de la science et de la connaissance rationnelle comme forces motrices du progrès humain a été abordé différemment par les divers positivismes modernes. Il a une signification et une place particulières dans les idéologies marxistes (Alfred Schmidt, 1971; Lucian Boia, 2000), où, dans la perspective de la dialectique matérialiste, la connaissance scientifique est la médiation entre l’homme et la nature. La théorie du Juche de la Corée du Nord offre une version extrême du matérialisme marxiste où la nature est définie non seulement comme l’objet du travail et de la production, mais aussi de la domination totale de l’homme. En tant que tel, cette approche apparaît comme la quintessence de la vision prométhéenne occidentale (Gilbert Durand, 1998) du monde qui a radicalisé l’opposition homme/nature.Cette conférence se donne pour objectif d’étudier les films nord-coréens traitant de la question complexe de l’homme socialiste appliquant sa domination sur la nature à travers la science afin de produire un paysage humain où lire sa réalisation de soi comme individu juchéen, à la fois indépendant et orienté vers le bien de la communauté. À partir d’une lecture de ce récit cinématographique du point de vue de la théorie Juche, et en la comparant aux théories marxistes et soviétiques de la nature, nous définirons la spécificité mais aussi les différences et les contradictions de la pensée du Juche par rapport à ses sources. Ce faisant, au lieu d’appliquer une lecture critique basée sur une autre épistémè, nous souhaitons étudier la théorie nord-coréenne de la nature de l’intérieur et la remplacer dans une plus longue histoire des idéologies.L’humanisme matérialiste juchéen considère l’homme comme un maître du monde qui ne doit pas seulement utiliser l’environnement naturel comme une réserve de ressources et un support passif de son action, mais comme l’objet sur lequel appliquer sa finalité destinale. La nature est le domaine même où l’homme peut appliquer et réaliser son chajusong, sa « créativité et conscience », afin d’atteindre son indépendance et son bonheur. Par conséquent, dans la perspective juchéenne, la nature est le milieu où ou le niveau de chajusong d’un peuple ou d’une nation peut être lu. Dans la perspective de la pensée du Juche elle-même, les paysages naturels, les zones rurales et les paysages urbains sont les miroirs de la juchéisation d’un pays.Les films de fiction de la Corée du Nord, en tant que productions symboliques totalement contrôlées par le régime, sont des illustrations parfaites de cette théorie. Beaucoup de films dits de « Réalité socialiste » produits à partir des années 1970 traitent de la question de l’agentivité de l’homme sur son environnement à travers la science. Les films façonnent et confirment une épopée anthropocentrique de domination du peuple sur le milieu de la RPDC. Ainsi, ils brossent un portrait du héros "socialiste" comme martyr sacrifiant sa vie pour le pays afin de réaliser le destin de ce dernier, dessinant l’image d’un "superman" (ou superwoman) transcendant la quête individuelle du bonheur. Cette image de l’homme/la femme socialiste coréen.ne est une vision post-individuelle de l’humanisme, mais aussi une approche post-marxiste puisqu’elle ajoute une dimension téléologique à la dialectique de l’homme et de la nature absente de la théorie de Marx.

Lire la suite

L'île et le passage, représentations de la frontière dans le cinéma sud-coréen

Conférence - Mercredi 2 décembre 2020 - 13:00Dans le cadre du séminaire CCJ : Histoire de la culture visuelle en Asie orientale (M. Bussotti et A. Kerlan)Benjamin JOINAU professeur de Hong-ik University (Séoul), invité de l’EHESSdonne une conférence intitulée« L'île et le passage, représentations de la frontière dans le cinéma sud-coréen »Mercredi 2 décembre 2020 de 13h à 16hsalle A07_37, 54 bd Raspail 75006 ParisLe cinéma est un matériau idéal pour l’analyse du discours hétérologique dans la société. En Corée du Sud et du Nord, l’imaginaire collectif a été défini après 1945 par la guerre froide et la division, façonnant ce qu’on a appelé la « culture de la partition ». Dans ce contexte fermé, la figure de l’Autre n’a été développée que de manière restreinte : la présence fantomatique et obsessionnelle du pays voisin à la fois frère et ennemi limite quasiment l’hétérologie à une simple variation sur la figure de l’alter comme autre opposé au soi. Mais l’ère de la politique du rayon de soleil (1998-2008), qui a initié une décennie de dialogue entre les deux pays, accompagnée du phénomène de la Vague coréenne, a également connu un changement considérable dans ces représentations en Corée du Sud. Lentement ont émergé des films aux « régimes d’altérité » plus complexes qui non seulement ont enrichi la figure de l’autre nord-coréen, mais ont également fait place à d’autres autres. Dans ce discours hétérologique développé par les produits de la culture populaire tels que les films, la frontière n’est pas seulement une ligne matérielle séparant deux États. Il s’agit d’un dispositif symbolique spécifique qui articule la psyché collective sud-coréenne avec le Nord, avec le monde et même avec elle-même à travers une série de motifs clairement définis. Cette présentation évalue ces fonctions symboliques diversifiées données à la frontière et à son passage dans l’imaginaire sud-coréen contemporain. Cette étude, par souci d’unité, se concentrera sur une vingtaine de films produits pendant et après l’ère du rayon de soleil.

Lire la suite

Ehess
CNRS
Université de Paris

flux rss  Actualités

La chamane et la mégapole — un demi-siècle de changement religieux et social en Corée du Sud

Journée(s) d'étude - Mercredi 1 juin 2022 - 09:30Journée d’étudesLa chamane et la mégapole — un demi-siècle de changement religieux et social en Corée du Sud(Hommage à Alexandre Guillemoz, anthropologue,1941-2021)1er juin 2022, 9h30-17h45, Maison de l’Asie, Salons, 22 avenue du Président Wilson, (...)(...)

Lire la suite

Les campagnes de « changements de noms » dans le Japon colonial : réflexions comparatives

Conférence - Vendredi 13 mai 2022 - 10:30L’invité du CRC :Samuel GuexHistorien, Professeur associé à l’Université de GenèveLes campagnes de « changements de noms » dans le Japon colonial : réflexions comparativesSéminaire « Intelligences de la Corée » |CCJ-CRCVendredi 13 mai 2022 de 10h30 à 12h3 (...)(...)

Lire la suite

Inmul, saengaesa ... ... et autres vies coréennes

Journée(s) d'étude - Vendredi 26 novembre 2021 - 09:00Journée d’études du Centre de Recherches sur la Corée(UMR Chine, Corée, japon – CNRS – EHESS – Université de Paris)Inmul, saengaesa ... et autres vies coréennes Sociétés et Etats : interactions, confrontations, régulationsThématique 3 - Récit (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre de Recherches sur la Corée (CRC)
École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)
Chine, Corée, Japon – UMR 8173
Campus Condorcet, bât. EHESS, 3ème étage
2 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers